L’insuffisance de compétences limite la croissance

Lors d’une récente séance de coaching, une dirigeante s’est plainte d’un phénomène qui limite la croissance des revenus dans son entreprise : l’insuffisance de compétencesen vente des jeunes employés. Nous avons exploré un certain nombre de raisons possibles justifiant cela allant de pratiques d’embauche inadéquates au besoin d’une meilleure formation, ou encore l’amélioration de l’encadrement des employés plus jeunes. Tout avait été essayé, avec peu de succès. Selon cette gestionnaire, le problème va au-delà de son entreprise. Elle croit que ce phénomène existe dans toute l’industrie.

Nous avons discuté de la façon dont la prolongation de la vie professionnelle des travailleurs âgés pourrait atténuer l’ampleur du problème, au moins à court terme. Cela signifierait de gérer efficacement les forces des employés plus âgés en mettant à profit leurs talents et leurs énergies. Les thèmes suivants me semblent pertinents à la question.

Intellect. La conscience de soi est la première étape nécessaire. Les employés plus âgés doivent eux-mêmes être conscients qu’ils n’ont plus l’énergie ni la résilience qu’ils ressentaient auparavant. Idéalement, ces employés devraient aussi faire part à leurs supérieurs des limites que leur impose leur âge. Cela requiert d’eux un rare courage et une véritable ouverture de la part des employeurs, chose qui semble encore peu commune. Les employés plus âgés ne sont souvent plus en mesure de faire ce qu’ils faisaient aisément il y a quelques années encore. Pour réussir, ils doivent analyser leurs limites et bien les gérer.

Physique. Auparavant, ces employés répondaient au stress dans le milieu de travail en travaillant plus fort et plus longtemps. Ils ne faisaient souvent pas ou peu d’exercice. Ils n’avaient pas le temps, disaient-ils. Ensuite, ils mangeaient de mauvais aliments pour la santé à des heures irrégulières. Et ils manquaient souvent de sommeil. « Qui a besoin de dormir? » Ils résistaient bien. Ils étaient jeunes. Mais maintenant, la santé en souffre. Pour rester efficaces, ils doivent travailler dur pour bien maintenir leur corps en santé.

Émotionnel. En vieillissant, de nombreux employés deviennent habités par des craintes et des préoccupations, principalement (mais pas exclusivement) financières. Comment vais-je survivre à la « retraite »? Cette façon d’être préoccupé par soi-même draine l’énergie et entrave le rendement. Ils ont moins d’énergie à donner aux actions positives. Pourtant, les mesures d’action positive conduisent à la créativité et à la résilience, et elles contribuent à l’atténuation du sentiment d’isolement que plusieurs ressentent. Cela joue un rôle central dans une vie professionnelle active et productive.

Authenticité. L’authenticité est la source d’énergie, de concentration et de pouvoir. Notre esprit est ravivé lorsque nous nous reconnectons à notre sentiment d’être authentique et à nos valeurs professionnelles et personnelles les plus profondes. Du point de vue le plus fondamental, cela se traduit en se disant la vérité sur soi-même : Est-ce que je souhaite toujours travailler pour cette organisation? Suis-je heureux? L’authenticité nous permet de vivre et de travailler avec passion, ainsi que d’atteindre nos rêves. Elle est transformatrice.

La conscience de soi, le bien-être physique et émotionnel, et l’authenticité sont des composantes nécessaires pour gérer efficacement les forces des employés plus âgés et tirer parti de leurs talents et leurs énergies. Mais tirer parti des employés plus âgés pour atténuer les lacunes des jeunes est une solution à court terme. Les employés plus âgés seront à un moment donné incapables de travailler et ils devront être remplacés. Les vraies solutions doivent encore être trouvées... J’envisage d’écrire davantage sur ce sujet dans les mois à venir.




Partager :

Sur quel sujet aimeriez-vous en savoir davantage?