Pourquoi les nouveaux dirigeants échouent-ils?

Dans mon métier de coach, je vois des entreprises lutter, car elles ne parviennent pas à offrir aux cadres fraîchement embauchés le soutien dont ils auraient besoin pour intégrer rapidement leur environnement et leurs fonctions et pour apprendre les subtilités de la culture d’entreprise qui est désormais la leur. Ce soutien, appelé intégration des dirigeants, vise à renforcer l’efficacité et l’impact de nouvelles embauches de cadres dans l’entreprise le plus rapidement possible. C’est très important surtout si le cadre en question vient d’un tout autre domaine de l’industrie. Lors d’un recrutement à l’externe, les chasseurs de têtes font normalement un excellent travail pour identifier les candidats qualifiés, mais généralement, leur mandat ne comprend pas le soutien qui serait nécessaire pour intégrer efficacement ces cadres à leur nouveau poste. En interne, il s’agit souvent de promotions à des postes de direction sur la base de réalisations passées et sur la reconnaissance de la part de la direction des capacités de l’employé(e) à avoir plus de responsabilités. Cependant, ces cadres promus ne sont malheureusement quand même souvent pas encore au point. Les programmes d’orientation des employés et l’apprentissage sur le tas ne suffisent pas.

Voici les conséquences auxquelles sont confrontées les entreprises qui ne fournissent pas le soutien nécessaire à leurs nouveaux cadres supérieurs :

  • 89 % des cadres américains nouvellement embauchés estiment ne pas avoir le niveau de connaissances et de compétences requis pour faire leur travail correctement (sondage réalisé par CEB – anciennement appelé Corporate Executive Board – lors de la table ronde consacrée au recrutement);

  • 40 % de tous les cadres qui changent de poste ou sont promus échouent dans les 18 mois qui suivent leur prise de fonctions. Ce chiffre est stable depuis ces 15 dernières années;

  • 64 % des nouveaux dirigeants ne possédant pas d’expérience dans l’industrie qu’ils intègrent échouent dans les 18 mois qui suivent leur prise de fonctions.

On estime que le coût financier que représente le remplacement d’un cadre dans les 18 mois qui suivent son embauche est d’environ trois fois son salaire de la première année (Career Partners International). Le coût est encore plus élevé si l’on prend en considération les coûts de productivité et de substitution perdus. Quand un poste de direction est de nouveau vacant après une courte période, la productivité de l’équipe est fortement affectée et la crédibilité de la direction peut en pâtir. En plus de la courbe d’apprentissage de la personne nouvellement embauchée, chaque dirigeant qui intègre l’entreprise apporte de nouvelles idées en matière de stratégies, réorganise et redirige les activités de l’équipe en conséquence.

Même si les nouveaux dirigeants restent en poste, ils peuvent ne jamais atteindre leur plein potentiel à cause de nombreux facteurs (manque de clarté en ce qui a trait aux rôles de chacun, incapacité à faire face de manière efficace à la résistance opposée par la nouvelle direction, etc.). Mais c’est principalement l’incapacité du nouveau cadre à gérer la perception que les autres ont de lui au cours de ces premiers mois qui est en cause, et cela peut s’avérer fatal. Si les entreprises intégraient correctement leurs dirigeants lors de leur embauche, le taux d’échecs serait bien plus faible.

Lorsque tout est orchestré dans les règles de l’art, le passage de flambeau entre cadres est bénéfique pour le personnel comme pour l’entreprise. Les cadres promus peuvent se forger une expérience et l’agrandir, souvent dès le début de leur carrière. Ces changements au sein de la direction permettent de dynamiser l’entreprise et de faire progresser sa stratégie. Les conseils d’administration aussi ont des responsabilités en matière de relève et de gouvernance. Un coach aguerri pour cadres et dirigeants, possédant une bonne compréhension des questions d’affaires, peut participer à la réussite des cadres promus ou nouvellement embauchés.

Les meilleures entreprises sont celles qui ont prospéré malgré les ravages du temps depuis plusieurs générations, grâce à l’innovation constante. Elles ont compris que l’intégration des dirigeants était un élément essentiel du développement du leadership. Pour ces entreprises, le développement du leadership ne se limite pas à un coût, c’est un investissement essentiel qui permet de leur laisser une longueur d’avance sur la concurrence dans un environnement professionnel en constante évolution.




Partager :

Sur quel sujet aimeriez-vous en savoir davantage?