Coincé au travail? Choisissez de vous décoincer!

Si vous vous sentez enlisé dans la routine et coincé dans votre travail, vous n’êtes pas le seul. La recherche montre que jusqu’à 40 % des gestionnaires et des cadres aux États-Unis sont insatisfaits de leur travail (Pew Research, 6 octobre 2016). Plusieurs raisons expliquent ce mécontentement : le stress, les problèmes avec son patron, ne pas se sentir valorisé, le milieu de travail, un salaire et des avantages sociaux insatisfaisants, l’emplacement du bureau, etc. Certaines raisons se trouvent aussi beaucoup plus graves notamment l’épuisement professionnel et les réactions fortes au stress comme la colère, l’anxiété, la dépression et la toxicomanie. Ces problèmes peuvent même exiger une thérapie. D’ailleurs environ 20 % de la population de l’Amérique du Nord souffre d’un trouble de santé mentale, mais la peur d’être stigmatisée empêche souvent les personnes aux prises avec ces problèmes de recevoir l’aide appropriée.

Selon mon expérience en coaching pour cadres et dirigeants, se sentir coincé dans un milieu de travail peut se manifester en deux phases distinctes qui ne sont pas liées à des problèmes de santé émotionnelle ou mentale. La première phase se présente le plus souvent chez ceux qui se sentent légèrement enlisés dans une routine. Ces personnes ont tendance à s’ennuyer au travail ou à être insatisfaites de leurs patrons, de leur salaire, etc. Cependant, elles se sentent trop complaisantes ou trop effrayées pour bouger. « C’est tellement difficile de se trouver un bon emploi de nos jours » est un refrain qui revient souvent. Le problème d’inertie peut être résolu en parlant à un bon ami, à un membre de la famille ou à un collègue de confiance qui dira la vérité d’une compassion tranchante (voir mon article du 16 mars 2015, La compassion sans merci? Vraiment?).

Dans la deuxième phase, l’enlisement se ressent plus profondément et de manière plus complexe. Pour ces gestionnaires et ces cadres, les conséquences peuvent être débilitantes. Ils ressentent une grande pression non seulement d’atteindre les plus hauts niveaux de rendement, mais aussi d’être capables de surmonter tous les problèmes et d’avoir la situation en main. Ils ressentent également l’urgence d’agir rapidement, mais ils se rendent compte qu’ils n’en sont pas capables, peu importe l’ardeur avec laquelle leurs efforts sont menés. D’autres sont insensibles à leur condition. Ils sont malheureux et ils fonctionnent sur un mode quasi mécanique. Beaucoup d’entre eux sont découragés et certains sont même désespérés. Leur travail et parfois même leur état de santé les inquiètent sérieusement...

La bonne nouvelle est qu’ils n’ont pas besoin de rester coincés dans cette situation. Ils peuvent choisir de s’en décoincer. Je parle en toute connaissance de cause. Durant ma carrière, je me suis senti par moment piégé dans un marasme qui affectait ma productivité et mon bien-être. J’ai dû apprendre à trouver les ressources au fond de moi-même pour m’en sortir. Ces expériences ont contribué au développement de mon approche en coaching pour les cadres supérieurs et les dirigeants qui se trouvent également dans ces situations. Pour ces clients, la première étape consiste à admettre et à comprendre la situation qui mine leur enthousiasme, leur énergie et leur capacité de rendement. Cela peut sembler évident à première vue, mais ce n’est pas le cas. La plupart d’entre nous sont plus habitués à se lancer dans l’action, plutôt que de prendre le temps de réfléchir à ce que nous ressentons et à devenir plus conscient. Dans de telles situations, il faut apprendre à porter attention à notre corps quand il réclame de l’aide ou à écouter nos collègues et nos amis bien intentionnés qui nous disent que nous n’avons pas raison.

Bien que la conscience de soi soit nécessaire, elle n’est pas suffisante. Pour se décoincer, il est nécessaire de mobiliser ses ressources internes et d’adopter une approche structurée fondée sur des techniques pratiques. C’est une tâche ardue surtout quand on ne compte que sur ses propres ressources. Ma responsabilité en tant que coach pour cadres et dirigeants est d’aider mes clients à identifier les causes de leur sentiment d’enlisement et de développer les techniques proactives nécessaires pour leur permettre d’aller de l’avant.

Ce type de soutien professionnel n’est pas un luxe. C’est l’un des investissements les plus importants qu’une organisation puisse faire.




Partager :

Sur quel sujet aimeriez-vous en savoir davantage?