L’atténuation du risque lié à la direction en ces temps incertains

Le rythme actuel et la portée des changements à l’échelle mondiale sont sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Ce bouleversement dramatique est en grande partie dû au développement technologique vertigineux qui permet le partage instantané et mondial de l’information.

Cela dit, l’ordre mondial établi après la Seconde Guerre mondiale subit également un changement sismique. Les États-Unis en sont un exemple remarquable. Les États-Unis ont récemment commencé à se retirer rapidement de leur position de chef de file en matière de commerce mondial, protection de l’environnement et diplomatie. Cela crée un vide qui pourrait être comblé par d’autres superpuissances renaissantes et de plus en plus autoritaires comme la Russie ou la Chine. De tels changements profonds ont un impact hautement imprévisible sur l’économie mondiale. La nouvelle norme semble être la volatilité, la complexité et l’incertitude. Dans ce contexte, il est nécessaire que les dirigeants réussissent à orienter leurs organisations à travers des territoires inexplorés qui regorgent à la fois de multiples dangers inconnus et de nouvelles opportunités. Malheureusement, de nombreux dirigeants d’entreprises ne sont pas préparés à ce défi. Selon la recherche, un dirigeant d’entreprise sur deux est considéré décevant, incompétent, ou un échec complet. La situation ne brille pas plus en ce qui a trait aux cadres qui ont un nouveau poste, que ce soit ceux qui ont été embauchés de l’extérieur ou ceux qui viennent d’être promus, bien que ces derniers aient tendance à mieux s’en tirer. Entre 40 % et 64 % des nouveaux cadres quittent leur emploi (volontairement ou non) au cours des 18 mois suivant leur embauche. (Voir mon article Les grands dirigeants : l’impératif des compétences, novembre 2015)

Le coût de remplacement d’un cadre dont le rendement laisse à désirer au cours de 18 mois est énorme, soit environ trois fois le salaire de sa première année. Le coût est d’autant plus élevé lorsque l’on considère les coûts de productivité et d’opportunité. (Voir mon article Pourquoi les nouveaux dirigeants échouent-ils?, août 2015) Bien que le risque lié à la direction soit moins visible que les risques financiers et les cybermenaces, la direction en soi est le risque le plus important et le plus sous-examiné auquel une organisation doit faire face, et cela sans exception! Quand la direction est inefficace, cela affecte tous les aspects de l’organisation, de la planification et de l’exécution stratégiques et successorales à la constitution d’équipes et aux opérations, ainsi qu’au développement des affaires et à la réputation de l’entreprise… Cela peut même ruiner l’entreprise au fil du temps.

Les entreprises prennent un grand risque lorsqu’elles embauchent et évaluent leurs dirigeants, car elles ne peuvent pas toujours prédire comment les êtres humains se comporteront actuellement dans leur nouvel environnement de travail.

À l’Institut Bonar, nous avons défini le besoin critique d’atténuer les risques découlant du rendement des équipes de direction au sein des organisations. Nous avons créé des Programmes d’atténuation des risques liés à la direction pour les cadres, les conseils d’administration, le gouvernement, les organismes à but non lucratif et les entrepreneurs. Ces programmes uniques reposent sur des outils de services-conseils de pointe qui nous permettent à la fois de déterminer et d’évaluer les capacités des dirigeants et des équipes de gestion, comme indiqué ci-dessous :  

Ce que nous faisons : Nous évaluons l’équipe de direction afin de déterminer si son potentiel cadre avec les attentes des parties prenantes en matière de rendement…

Notre approche : Nous adaptons notre processus pour répondre aux besoins uniques de nos clients. Le dirigeant possède-t-il les connaissances et les aptitudes pour réussir? Le dirigeant possède-t-il les compétences indispensables en gestion et en relations humaines? Nous déterminons les lacunes et présentons un rapport de nos constatations à notre client.

Découverte et diagnostic : Nous tenons des séances de découverte et de diagnostic avec les parties concernées pour définir et évaluer leurs besoins et leurs attentes, ainsi que le degré de risque qu’elles perçoivent dans les situations auxquelles fait face l’organisation de notre client. À ceci s’ajoutent les outils d’évaluation suivants : Intelligence émotionnelle, 360, Outils psychométriques.

Rapports et étapes suivantes : Nous présentons nos constatations et nos recommandations, y compris les prochaines étapes, le cas échéant. Celles-ci peuvent inclure : le coaching et le mentorat pour cadres et dirigeants, le développement et le perfectionnement en leadership, la gouvernance d’entreprise et des techniques pour améliorer ses compétences.

Notre approche globale aide les organisations à minimiser les risques inhérents à la gestion et à les positionner de telle sorte qu’elles puissent réussir dans une économie hautement incertaine et complexe. Pour de plus amples informations sur la façon dont nous pouvons vous aider à réussir, nous vous invitons à communiquer avec nous.




Partager :

Sur quel sujet aimeriez-vous en savoir davantage?