«

L’HOMME N’EST RIEN D’AUTRE QUE LE PRODUIT DE SES PENSÉES. IL DEVIENT CE QU’IL PENSE.

»

- Mahatma Gandhi 


Réflexions


Les entreprises tournées vers l’avenir :


Responsabilité sociale : Il va de soi que les profits sont l’un des moteurs les plus importants du monde des affaires, mais ils ne peuvent être l’unique but à atteindre. Les profits n’ont pas tous la même valeur. Il est important de considérer la manière dont ils sont générés. Des entreprises telles qu’Amazon, Twitter et Facebook ont par exemple adopté des politiques pour éviter que des paroles haineuses ne soient associées aux produits et aux services qu’on retrouve sur leur plateforme. Les entreprises qui ont une raison d’être plus noble sont conscientes que les profits qui impliquent un objectif social créent un cycle de prospérité positif entre une entreprise et la société. Ces organisations favorisent l’interdépendance et la synergie au sein de leurs parties prenantes : les actionnaires, les employés, les fournisseurs, les clients, la société et l’environnement. Des entreprises comme Tata, Unilever et Google croient que leur organisation est plus grande que la somme de ses parties. Les cadres et les entreprises qu’ils dirigent accordent de plus en plus de place à la responsabilité sociale. Et la recherche démontre la présence d’une corrélation positive entre ce type de culture organisationnelle et la rentabilité.

Responsabilité environnementale : Les entreprises tournées vers l’avenir comprennent que le rythme auquel nous utilisons nos ressources naturelles n’est pas viable. Selon elles, cette situation pose une menace sérieuse pour l’humanité. Elles reconnaissent également les perspectives bien réelles du développement durable en élaborant des solutions technologiques convaincantes et innovatrices qui diminuent la perte des écosystèmes. Certaines d’entre elles, notamment Intel, Ericsson et Ecolab, proposent une valeur à long terme durable à leurs actionnaires et à toutes leurs parties prenantes en dissociant la consommation de ressources de la croissance. Les entreprises tournées vers l’avenir comme celles-ci saisissent l’occasion de réinventer une économie plus durable et plus verte pour les générations à venir. Cet objectif est d’ailleurs déjà atteint pour celles qui sont les plus engagées dans cette voie.

Impératif humain : Le slogan de Dofasco (maintenant une filiale d’ArcelorMittal), un des sidérurgistes les plus anciens et les plus efficaces au Canada, est : « Notre fort, c'est l’acier. Notre force, nos employés. » La recherche confirme cet adage en démontrant le lien entre une gestion supérieure des ressources humaines et un rendement organisationnel supérieur. Les entreprises prospères telles Starbucks et Southwest Airlines investissent temps et argent pour recruter les meilleurs talents et déploient des ressources considérables pour les retenir. Elles embauchent des employés qui non seulement possèdent les compétences recherchées, mais qui partagent aussi la mission, les valeurs et la culture de leur entreprise. Elles accordent une grande importance au perfectionnement, à l’autonomisation et à l’engagement des employés. Elles encouragent le travail d’équipe et une culture d’équipe caractérisée par le partage et la collaboration. Une bonne équipe produit en effet toujours de meilleurs résultats que des personnes qui travaillent seules. Leurs programmes incitatifs sont axés sur le travail réalisé en équipe et leurs politiques de rémunération sont équitables et transparentes. Les entreprises tournées vers l’avenir proposent un travail authentique qui met leurs employés au défi et les incite à apprendre et à se développer.

Autorité morale : Les entreprises qui sont investies d’une mission plus noble ont une autorité morale. Leurs parties prenantes (actionnaires, employés, clients, fournisseurs, etc.) veulent savoir qu’elles sont honnêtes et fiables et que leurs valeurs correspondent à celles qu’elles prônent. Elles ne veulent pas qu’on les manipule. Les dirigeants qui réussissent le mieux cherchent à s’adapter aux valeurs de leurs parties prenantes de manière à créer des cultures organisationnelles qui génèrent des changements durables et permettent d’atteindre les résultats souhaités. Les parties prenantes accordent aussi une très grande valeur à la protection de la vie privée. La confiance est la pierre angulaire. On l’obtient à force de transparence, d’intégrité et de respect.



Extrait de notre article du 2 avril 2017.


Les cinq attributs d’un dirigeant soucieux d’authenticité :


Volonté de diriger

S’engager pleinement dans la réalisation d’un objectif réaliste et valable, accepter la responsabilité envers les autres, agir avec intégrité, inspirer un espoir raisonnable et être personnellement responsable.


Connaissance de soi et humilité

Soyez disposé(e) à apprendre des expériences passées et à vous adapter à un contexte qui évolue.


Jugement, contrôle et clarté

Faites preuve de discernement et de bon sens, soyez émotionnellement conscient(e) et en contrôle. Simplifiez les questions et les problèmes complexes en les transformant en composantes plus faciles à comprendre et à gérer.


Agent de changement et de continuité

Les deux sont indispensables au bien-être d’une organisation. Déterminez quand l’un est nécessaire et agissez en conséquence.


Exécution

Gérez l’énergie et les ressources de façon optimale en équilibrant l’effort et le stress avec du repos et du ressourcement.


Pour avoir accès à plus d’articles, consultez les articles de James de Gaspé Bonar.

Les textes sont en anglais.

Partager :

Lectures d’intérêt :


Boyatzis, Richard, et Annie McKee. Resonant Leadership: Renewing Yourself and Connecting with Others Through Mindfulness, Hope and Compassion, Boston, Harvard Business School Press, 2005.

Dotlich, David L., Peter C. Cairo et Cade, Cowan. The Unfinished Leader: Balancing Contradictory Answers to Unsolvable Problems, San Francisco, Jossey-Bass, 2014.

Hargrove, Robert. Masterful Coaching, 3e éd., San Francisco, Jossey-Bass, 2008.

Leblanc, Richard, éd., avec John Fraser. The Handbook of Board Governance: A Comprehensive Guide for Public, Private, and Not-For-Profit Board Members, Hoboken, New Jersey, John Wiley and Sons, 2016.

Lynch, Dudley et Paul L Kordis. La stratégie du dauphin, 3e éd., Montréal, Les Éditions de l’Homme, 2006. Droit d’auteur : 1988-2013, BRAIN TECHNOLOGIES CORPORATION. Traduction française : Jacques Vaillancourt.

Mackay, John et Raj Sisodia. Conscious Capitalism, Boston, Harvard Business Review Press, 2013.

Morton, Robert, Ph. D, MBA. The Art of Leading with Belief. Lien à l’Édition Kindle sur Amazon.com.

Morton, Robert. “The Theory of Belief-Based Leadership”, [Fichier PDF], Public Sector Digest, 2014.

Senge, Peter M., The Fifth Discipline: The Art & Practice of the Learning Organization, Revised and Updated edition, New York: Doubleday, 2006.

Zook, Chris et James Allen. The Founder's Mentality, Boston, Harvard Business Review Press, 2016.

.